Ma première expérience en Coupe du Monde et mon début d'été en Europe.

Dès mon retour à la maison à la suite de ma compétition de la Coupe pan américaine à Richmond, Virginie, je suis repartie vers Cagliari en Sardaigne, Italie pour prendre part à ma première Coupe du Monde. Nous sommes 3 du Québec à s'être "envolés" vers cette destination. Nous sommes partis plus tôt qu'à l'habitude car nous devions planifier le décalage horaire  qui est de 6h  de différence.

Finalement arrivés, nous avions réservé un mini appart en plein coeur de la ville de Cagliari et sur le parcours de vélo. Nous étions vraiment bien situés! La Sardaigne, une île magnifique mais à ma grande surprise, les gens fument beaucoup, il y a de gros bateaux tout le temps et on ne retrouve pas autant de pâtisseries que je m'attendais. Non, mais des gelatos, oh oui! Miammmm!

La réunion d'avant course se déroule deux jours avant la compétition donc le vendredi, nous sommes allés chercher nos numéros et se familiariser avec le parcours. J'étais assise avec des athlètes réunis pour un même événement de grande envergure venant de 35 pays différents. Tu jases et tu rencontres des gens de partout dans le Monde. Une belle expérience que mon sport me permet de vivre!

Samedi matin, la veille de la compétition, il mouillait et il faisait très froid. On a malgré tout pu terminer notre activation en fin de journée, se préparer et se reposer pour être prêts pour le lendemain.

Dimanche matin, il pleut encore. On sort s'échauffer  et on arrive sur le site de compétition moins d'avance que d'habitude afin de ne pas se geler. On fait notre échauffement dans l'océan. Heureusement, il n'était pas aussi agité que la veille; les vagues s'étaient relativement calmées. J'étais le numéro 20 mais j'avais le 18ème choix de la position sur le quai ( puisque deux numéros enlevés). Je me suis mise directement devant la première bouée. J'étais prête et excitée de prendre le départ avec ces filles de calibre élevé. Calibre élevé? C'est le cas de le dire!

Le départ est lancé. Je plonge et je me mets à tourner les bras comme je sais si bien le faire mais pendant 350 à 450m , je me suis fait tirer les pieds, les épaules, je recevais des coups sur la poitrine et au visage. C'était violent comme j'ai jamais subi ça! C'est seulement après la dernière bouée que j'ai pu me sortir des coups et me mettre à nager vers la sortie de l'eau. Malheureusement, j'étais déjà à l'arrière.

J'ai embarqué sur mon vélo rapidement. Le parcours était plutôt difficile, soit 4 tours d'une ascension sur 2km et une descente pour un total de 6km. La chaussée était mouillée mais heureusement la pluie avait cessé. J'ai pu rouler fort, du mieux que je pouvais. En débarquant du vélo, je suis partie effectuer ma portion de course à pied avec une des transitions les plus rapides. 

Je n'ai pas couru aussi rapidement que je l'aurais souhaité mais j'ai pu terminer ma première Coupe du Monde en 35ème position.J'ai beaucoup appris pendant cette course. Je repars avec une envie de prendre part à une autre Coupe du Monde  et je suis prête à faire mieux!

Suite à la compétition, nous sommes restés quelques jours pour visiter et se reposer. J'ai pris du temps pour trouver les bons mots sur mes émotions et sentiments après une telle expérience. Je ne pouvais pas dire que j'étais déçue mais  le temps m'aide à y constater le positif!

Je suis maintenant en France chez ma famille adoptive Peaudecerf avec mon équipe française Tri St-Amand. Dimanche prochain, je prendrai part au premier Grand Prix de France à Dunkerque représentant l'équipe.

Merci de votre support!

Élixx

  On y est!

On y est!

  Je suis la 18ème à choisir ma position.

Je suis la 18ème à choisir ma position.

  La sortie de l'océan .   

La sortie de l'océan.

 

  Les gelatos avec Émy et Jer

Les gelatos avec Émy et Jer

  À bientôt j'espère!

À bientôt j'espère!